[Document de réflexion] - Comprendre les menaces de mort à l’encontre des défenseur·e·s des droits humains

10/06/2021 - Ce document de réflexion se base sur une contribution antérieure de Protection International, adressée en septembre 2020 à la Rapporteuse spéciale des Nations Unies (RSNU) sur la situation des défenseurs et défenseuses des droits humains, Mary Lawlor, en réponse à sa demande de documentation en vue de son rapport annuel intitulé « Ultime mise en garde contre les menaces de mort reçues par les défenseurs et défenseuses des droits humains et contre les exécutions dont ils font l’objet » (rapport présenté par la RSNU le 5 mars 2021, lors de la 46e Session du Conseil des droits de l’homme à Genève).

 

Les menaces de mort sont probablement une des actions les plus répandues employées à l’encontre des défenseur·e·s des droits humains (DDH). Sans aucun doute, elles constituent une entrave majeure au droit de défendre les droits humains (DDDH). La répression des défenseur·e·s des droits humains étant surtout psychologique, les menaces sont largement employées dans le but que les défenseur·e·s se sentent vulnérables, anxieux·ses, perdu·e·s et sans défense. En fin de compte, la répression (et les menaces) entend aussi briser les organisations, faisant en sorte que les défenseur·e·s perdent confiance en leurs dirigeant·e·s et collègues. Les défenseur·e·s doivent trouver un délicat équilibre entre le traitement prudent et approfondi des menaces et le maintien d’un sentiment de sécurité dans leur travail.

 

Ce court document réfléchit au lien existant entre les menaces de mort et le degré de risque réel qu’elles représentent. Il apporte par ailleurs un certain nombre de considérations clés pour mener une évaluation approfondie de la probabilité qu’une menace soit exécutée et expose certaines recommandations pour la prise de décisions préventive chaque fois qu’un·e défenseur·e des droits humains reçoit des menaces de mort.

Lire la publication en anglais, espagnol et français.

Restez en contact

Abonnez-vous à notre newsletter

Passez le mot